Tags

, , , , , ,

EmpressKi_poster_KDW2EMPRESS KI (기황후)

par Whoovy

Synopsis : Le drama parle de l’Impératrice Ki, qui a dominé la dynastie Yuan, établie par Genghis Khan pendant 37 ans. ( /!\ ce drama est une fiction)Source : Dogaru

Informations :

Pays : Corée du Sud
Épisodes : 51
Genre : Historique
Diffusion : Oct 2013 → Avr 2014
Chaîne : MBC
Durée : 1hr. 5Min
Interprétation : Ha Ji Won, Joo Jin Mo, Ji Chang Wook, Kim Young Ho, Baek Jin Hee…

version anglaise


Empress Ki est un drama qui ne me tentais pas vraiment au départ. N’étant pas une grande fan de drama historique je ne me voyais pas me lancer dans un drama qui durait en plus de cela 51 épisodes. Mais son fort taux d’audience -chose à laquelle normalement je ne prête pas réellement attention- et la présence d’Ha Ji Won dans le casting m’ont rendu curieuse.
Les 51 épisodes, obstacle insurmontable pour quelqu’un comme moi qui a l’habitude de regarder des dramas n’excédant pas 20 épisodes, se révélèrent un atout essentiel. Ce nombre permit aux scénaristes d’exploiter pleinement le potentiel de leurs personnages. C’est d’ailleurs l’évolution de ces derniers qui a captivé mon attention. La frontière du bien et du mal est sans cesse remise en question dans ce drama où cohabitent alliances et trahisons. Les spectateurs sont alors baladés entre ces relations qui se forment et se déforment. Entre admiration et haine il est difficile de choisir un camp. La sympathie que l’on peut éprouver sur le moment peut très vite disparaître et faire place à un sentiment de frustration, voire de haine. Ce balancement incessant se révèle d’autant plus présent qu’aucun personnage n’est parfaitement blanc ou parfaitement noir. La nature profonde de l’être humain est alors mise à jour, à travers les actions toutes plus égoïstes les unes que les autres, de ces personnages qui se battent pour le pouvoir, pour l’argent, pour le peuple, pour se venger… On est alors pris dans cette spirale incessante où les rebondissements nous prennent de court et où les complots s’enchaînent sans répit.
Mais c’est justement ce dernier aspect, cet enchaînement de complots, qui m’a le plus gênée (eh oui faut bien qu’il y ait quelques points négatifs, non? ^^). C’est d’ailleurs ce pour quoi je n’ai pas pu mettre un 10/10. Les scénaristes ne laissent pas le temps aux spectateurs de respirer. Et c’est bien dommage car personnellement j’aurais apprécié quelques pauses. Si le début du drama part sur une note légère il n’en est rien dans la deuxième partie. Une atmosphère plus sérieuse (et quelquefois un peu lourde) s’instaure rapidement, laissant place à de nombreuses conspirations qu’on peut compter à la pelle (ça devait pas être triste de vivre à cette époque). Les méchants s’enchaînent et on ne sait plus où donner de la tête. Et même si, pour moi, Empress Ki  reste un excellent drama, je n’ai pas pu m’empêcher de trouver que les derniers épisodes avaient tendance à s’éterniser. Finalement le scénario perd de sa cohérence et on finit par apercevoir le travail des scénaristes qui ajoutent sans cesse de nouveaux rebondissements pour garder notre attention >>>>SPOILER exemple lorsqu’on se rend compte que le dirigeant de Eagle House est TATATANNN… Kolta et que son complice est le petit soldat de l’Empereur… Après, c’est juste mon avis mais j’ai trouvé que c’était un peu trop. – SPOILER<<<<
Autre petit aspect qui m’a au départ déplu : le personnage féminin qui se fait passer pour un garçon… Et comme d’habitude personne ne s’en rend compte… (Bon j’avoue que les vêtements dans ce drama remplissent plutôt bien leur rôle… Mais comment font les protagonistes masculins pour ne se rendre compte de rien alors qu’ils la prennent dans leurs bras ? XD Mystère que je n’ai toujours pas réussi à comprendre). Heureusement cet aspect ne dure pas et sert plutôt bien le personnage d’Ha Ji Won (j’en parlerais plus loin en abordant les personnages).

Quant à la réalisation je n’ai rien à lui reprocher. C’est avec un réalisme incroyable que cette vie de cour est dépeinte. Parfaitement calculée, on est directement  plongé dans cette Corée déchirée par les tensions entre le royaume de Goryeo et la dynastie Yuan. Mes réticences ont disparu dès les premières minutes du drama. La beauté des plans, des paysages… m’ont tout de suite coupé le souffle. Je me suis enfilée les épisodes jusqu’à rattraper la diffusion, c’est peut dire. A cela s’ajoute une bande son magnifique qui m’a fait vibrer tout le long du drama. Que demander de plus franchement ?! ^^
Le casting ne reste pas en marge et j’ai été heureuse de découvrir de nouveaux talents, car pour être honnête, à part Ha Ji Won et deux, trois têtes familières entre aperçues dans un film ou un drama, le reste des acteurs m’était parfaitement inconnu.

J’ai donc été heureuse de retrouver Ha Ji Won qui, pour moi, n’a fait que confirmer ce que je pensais déjà d’elle. Son personnage reste l’un des plus complexe et le mieux écrit du drama -normal me direz-vous étant donné que l’histoire qui nous est montrée est la sienne. Malgré tout je ne suis pas sûre de ce qu’aurait été le résultat sans la performance, plus qu’excellente, d’Ha Ji Won. C’est avec perfection qu’elle a su donner vie à son personnage : Seung Nyang. Jeune femme de Goryeo qui se fait passer pour un homme, on compatit à son sort et on ne peut que trouver fort sympathique son personnage. Mais les nombreuses épreuves, auxquelles elle est confrontée, la font changer radicalement. Elle se fond dans cet environnement qui l’entoure et devient aussi froide et calculatrice que les autres personnes présentes à la cour de Yuan. Elle devient Lady Ki.
Certaines personnes n’ont pas apprécié l’évolution de son personnage car elle semble perdre tous les charmes qu’elle possédait au début du drama et son égoïsme prédomine à partir de là. Mais je ne partage pas cette opinion (même si moi aussi je l’ai quelque fois trouvé “chiante”) pour plusieurs raisons : tout d’abord parce que cette évolution était tout simplement nécessaire – je veux dire, qui n’aurait pas changé après tout ce qu’elle a traversé? Elle est d’autant plus intéressante qu’elle permet au drama d’éviter de tomber dans le pathos. Si Lady Ki paraît forte et insensible, il n’en est en réalité rien. Elle cache juste ses faiblesses car ces dernières peuvent constituer une arme qui peut se retourner contre elle. Mais la Seung Nyang du début demeure dans l’ombre. Et c’est notamment lors des scènes avec Wang Yu et l’Empereur qu’on la voit resurgir. Cette faible frontière entre les deux personnalités du personnage font de ce personnage le plus humain du drama à mes yeux.

Du côté des personnages masculins on trouve Wang Yu, roi de Goryeo, interprété par Joo Jin Mo. Je suis très vite tombée sous son charme car même si, pour être honnête il ne représente pas, niveau physique, mon idéal masculin, je suis obligée de reconnaître qu’il dégage un certain charisme. Je comprends, d’ailleurs, pourquoi Seung Nyang en vient à l’aimer. Finalement c’est l’un des personnages qui évolue le moins et qui reste fidèle à ses convictions. Je trouve cependant dommage que son personnage perde de l’importance au fil du drama. Les intrigues le concernant deviennent de moins en moins intéressante et je n’attendais qu’une chose: qu’il revienne à la cour Yuan.

Et pour compléter le triangle amoureux il me faut parler de l’Empereur Yuan. C’est sans doute le personnage qui m’a le plus décontenancée. Personnage assez fade, il fait pâle figure face au charisme de Wang Yu et à Seung Nyang, la badass. A vrai dire il m’a laissé assez indifférente et avait tendance à m’énerver au début du drama (un vrai pot de colle qui se réfugie dans les jupes de Seung Nyang et qui ne porte pas du tout attention à son royaume. C’est le parfait opposé de Wang Yu). Sa relation avec Seung Nyang/Lady Ki peut d’ailleurs porter sur les nerfs (il ne peut pas passer une minute sans elle) mais, pour ma part, je l’ai trouvé intéressante et profonde. On peut voir cette relation sous 2 aspects : une simple relation homme/femme mais aussi une relation plus complexe d’enfant/mère. Car finalement l’empereur n’est qu’un enfant qui a grandi sans affection, seul. Mon intérêt pour lui a finalement grandi – et je pense que c’est sûrement une des raisons qui pourraient expliquer le choix des scénaristes – à partir du moment où Wang Yu a commencé à s’effacer. C’est là qu’on commence à mieux cerner/comprendre son personnage. Malgré tout je persiste à penser qu’il manquait quelque chose à son personnage : >>>> SPOILER j’ai surtout eu cette sensation lorsque les scénaristes décident de le faire devenir fou SPOILER <<<<. C’est comme s’ils cherchaient à relancer l’intrigue à travers ce fait ou tout du moins à attirer notre attention sur ce personnage qui au fil des épisodes devenait de plus en plus insipide. Attention, cela ne veut pas dire que je n’ai pas pour autant apprécié la performance de Ji Chang Wook, qui pour moi était une réelle surprise (>>>> SPOILER en particulier quand il devient fou. J’en croyais pas mes yeux quand j’ai vu sa transformation SPOILER <<<<). En définitive je ne peux pas dire que je l’ai complètement aimé ou complètement détesté. Je reste mitigée à son propos.

 Comme je l’ai écrit plus haut, les personnages ne sont pas tout blanc ou tout noir (même si certains sont franchement plus mauvais que bon). J’ai toujours redouté les méchants dans les dramas : personnages qui sont souvent mal écrits et peu profonds. La plupart du temps ils tapent juste sur les nerfs. Heureusement certains sauvent la face : n’est ce pas mon petit Shunji (Bridal Mask). Et c’est le cas notamment de quelques personnages dans Empress Ki. Bon de là à préférer les “méchants” aux “gentils”, non. Mais il m’est arrivé d’éprouver de la sympathie pour certains d’entre eux (suis je bizarre?). C’est notamment le cas pour Tanashiri joué par Baek Jin Hee ou encore Baek Ahn joué par Kim Young Ho.

Alors, certes les actes de Tanashiri sont horribles mais, malgré tout, je n’ai pas pu la détester. Et je pense que cela vient du fait que les scénaristes se sont appliqués à nous montrer son évolution et son mal être. Toutes ses actions ne sont en définitive que le résultat du manque d’amour de l’Empereur (en même temps je crois que moi aussi j’aurais été énervée si mon mari était aussi pot de colle avec une autre femme. Je veux bien qu’il ait des concubines mais de là à accepter son total irrespect envers son épouse, qui est quand même l’impératrice du pays, je dis non). Bon je ne dis pas non plus qu’elle est toute pardonnée mais malgré tout je n’ai pas pu m’empêcher de trouver sa fin quelque peu triste. En définitive c’est sûrement un des personnage que j’ai presque préféré (même si la voix de l’actrice avait tendance à me crisper. Mais ça c’est autre chose ^^).

J’ai éprouvé un sentiment semblable en ce qui concerne Baek Ahn. Sa loyauté envers l’empereur m’a le plus touché même si en définitive c’est ce qui précipitera sa fin. J’ai beaucoup aimé le fait que ce soit le seul personnage qui s’oppose vraiment à Lady Ki, alors qu’ils étaient alliés par le passé. Sa relation avec l’empereur mais aussi celle avec son neveu, Tal Tal (joué par Jin Yi Han*__*), l’ont rendu à mes yeux plus humain, plus concret et finalement moins “méchant”.

Je suis obligée de dire un petit mot sur El Temur car, même si il y a de nombreux méchants, il reste le principal. En effet son ombre perdure à travers les actes de Baek Ahn. Ce dernier refuse d’ailleurs de voir qu’il devient de plus en plus comme son ancien ennemi. C’est finalement intéressant de voir que l’histoire se répète. La performance de Jun Gook Hwan est très bonne et m’a donné à de nombreuses reprises des frissons. Il rencontre parfaitement les critères du “méchant” de l’histoire.

 Bon malgré tout certains personnages reste détestables. En même temps il y a tellement de méchants dans ce drama que c’est tout simplement impossible que les scénaristes s’attardent sur chacun d’entre eux (ou sinon le drama aurait dû faire 100 épisodes. Chose que je n’aurais pas souhaité).

De nombreux autres personnages auraient eu le mérite d’être mentionnés comme Tal Tal (j’ai toujours eu un faible pour les sexy brain ^^), Batoru, l’Empress Dowager (figure maternelle intéressante)… mais j’ai peur que ma critique fasse six pied de long si je continue.

 


  Note de Whoovy: 9/10
Note de Dushbadou: 10/10
Note finale : 9,5/10

Advertisements