Tags

, , ,

fullsizephoto1805

A MOMENT TO REMEMBER

(내 머리 속의 지우개)

par Alice

 Synopsis : Kim Su-Jin, une jeune femme dont le père est chef de chantier fait la rencontre de Choi Chul-Soo, un employé sous la responsabilité de son père. Les deux jeunes gens vont peu à peu tomber amoureux l’un de l’autre. Malgré le désaccord du père de la jeune femme le couple se marie mais bien vite les médecins vont se rendre comptent que Kim Su-Jin souffre d’amnésie… (source : allocine.fr)

Fiche technique :
Nationalité : Sud Coréen
Genre : Drame, Romance
Date de sortie :  2004
Distributeur :  CJ Entertainment
Durée :  1h47min
Réalisé par : John H. Lee
Avec : Son Ye Jin, Jung Woo Sung…

ENGLISH VERSION


___Un des plus beaux films qu’il m’ait été donné de voir. Et c’est un euphémisme.

___« A moment to remember » est, il me semble, le premier film coréen (voire asiatique, si on exclue les films d’animation) que j’ai regardé. J’étais tombée dessus par hasard, en trainant un soir sur YouTube à la recherche de films à regarder. Celui-là était en entier, sous-titré et durait juste le temps qu’il fallait. Ce soir là, j’ai découvert toute la capacité de mes glandes lacrymales. Je crois que j’ai rarement autant pleuré devant un film. Je n’ai pas l’habitude de pleurer devant des films. Je n’ai même pas l’habitude de rire physiquement devant des films. Chez moi, tout se passe en interne. Mais là, impossible de garder ça pour moi, même si j’étais toute seule dans mon lit à regarder ce film. Et pourtant, j’ai lutté!

a-moment-to-remember (448x250)___L’histoire commence bien. Un coup du destin met Kim Su-Jin et Choi Chul-Soo au même endroit au même moment. Par un concours de circonstances aussi hasardeuses que leur première rencontre (qui paraissait sans importance pour l’un comme pour l’autre), ils se revoient. Une fois. Puis une deuxième où Kim Su-Jin donne un petit coup de main au destin. Elle, n’est pas vraiment sûre d’elle, un peu gauche dans ses gestes et facilement impressionnée. Lui, est plutôt bourru, semble avoir une certaine assurance et a un charme certain. Ils boivent un verre ensemble et c’est là que Choi Chul-Soo décide de forcer le destin à son tour. Soit Kim Su-Jin boit son verre d’alcool et ils se mettent ensemble, soit elle ne le boit pas et ils restent des étrangers jusqu’à la fin de leurs jours. Elle le boit et leur histoire commence.

___Ils se cherchent, se découvrent et apprennent à se connaitre. Ils s’aiment. D’abord timidement puis sincèrement. Leur histoire est ponctuée par les petits incidents de Kim Su-Jin, causés par sa mémoire. Elle se rend compte qu’elle oublie quelques petites choses. Des détails qui deviennent de plus en plus importants et à fréquence de plus en plus régulière. Le film bascule dans une deuxième partie, quelque peu plus sombre et plus émouvante. Kim Su-Jin a la maladie d’Alzheimer et il n’y a rien à faire. Toute la force du film réside dans le talent de ses comédiens. Son Ye-Jin arrive à nous transmettre une émotion telle qu’on pourrait la ressentir à sa place. Parce qu’on se met très facilement à sa place, même si on n’est pas concerné par son cas. On vit à travers elle, on souffre avec elle et surtout on perd pied avec elle. Jung Woo Sung est d’une justesse incroyable. Je suis loin d’être étonnée de sa popularité en Corée du Sud, aussi bien auprès du public que des professionnels. J’avoue avoir été un peu sceptique quand, au début du film, il jouait le gros dur insensible. Mais la scène dans la cage de baseball, après qu’il ait apprit que Kim Su-Jin avait Alzheimer, m’a totalement fait changer d’avis et m’a convaincue. Choi Chul-Soo peut se donner tous les airs qu’il veut, cigarette à la bouche et marteau dans la poche, il reste humain et s’effondre avec Kim Su-Jin et avec nous.

___Il y a une sorte de “tension” tout au long du film. De par le titre et de par le synopsis, on sait de quoi il en retourne. On sait ce qu’il va se passer. Mais on ne sait pas quand ni comment. Et on n’a aucune idée de la fin. J’ai apprécié le film dès le début mais dans un coin de ma tête, j’attendais la fin. J’attendais de voir la tournure des évènements. Et je n’ai pas été déçue. Il y a d’abord le moment où, dans un instant de lucidité, Kim Su-Jin se rend compte de tout et surtout de sa maladie. S’en suit une lettre incroyablement touchante qu’elle adresse à son mari. Et la scène dans le magasin est clairement le clou du spectacle. C’est là qu’on se rend compte de tout. On se rend compte que la première rencontre de Kim Su-Jin et Choi Chul-Soo était déterminante pour eux deux. On se rend compte des liens qu’ils ont avec leurs proches qui sont là, jusqu’à la fin. On se rend surtout compte de l’attachement de Choi Chul-Soo et de tout l’amour qu’il porte à Kim Su-Jin. Et là, les robinets sont ouverts à fond : ne sortez pas un ou deux mouchoirs mais la boîte entière.

photo1818 (500x320)

___Je n’ai pas été plus dérangée que ça par la langue coréenne, mon oreille s’est rapidement accommodée. Par contre, la bande son peut gêner certaines personnes. Il faut dire que j’étais tellement prise dans le film que je n’y ai pas fait plus attention que ça, la première fois. Mais il est vrai que certaines musique, notamment “La Paloma” que l’on entend plusieurs fois, peut dénoter avec l’ambiance du film. Déjà au niveau des nationalités. Le film est coréen de A à Z, que ce soit le décor, les acteurs ou la langue du film. “La Paloma” ayant des sonorités plutôt méditerranéennes, je comprend qu’il puisse y avoir un petit décalage. Mais à côté de ça, il y a des musiques tellement belles et tellement bien choisies pour les moments qu’elles accompagnent…

___Alors non, « A moment to remember » ne mérite pas forcément le 10/10 que je lui attribue. Mais j’ai été tellement surprise d’être à ce point émue et touchée que je ne peux pas mettre autre chose que la note maximale.


 Note d’Alice : 10/10
Note de Whoovy : 8/10
Note de Dushbadou : 8,5/10
Note finale : 8,75/10


Advertisements