Tags

new_world_ver6_xlgNew World (신세계)

Original: Dushbadou
Traduit: Whoovy

Synopsis: Un policier sous couverture infiltre pendant des années la plus grande organisation criminelle de la Corée du Sud. [Source: wikipédia]

Informations :
Pays:
Corée du Sud
Genre: Thriller, détective
Sortie: 2013
Durée: 2h15
Rélaisateur: Park Hoon-jeong
Interprétation: Lee Jung Jae, Hwang Jeong Min, Choi Min Shik, Song Ji Hyo…

version anglaise


 fullsizephoto271164Un ami m’avait conseillé ce film parce que, selon lui, il présente de nombreuses ressemblances avec un drama que j’adore: Cruel City. J’ai un faible pour les films de genre noir et j’en ai d’ailleurs vu beaucoup tournant autour du monde de la pègre. Mais jusque là je n’avais vu que des films coréen violent comme par exemple A Bittersweet life. Tandis qu’ici, -même si on voit quelques scènes de combats sanglants et de tortures (QUELQUES UNES! J’ai été surprise d’en voir si peu)- on a le droit a une solide intrigue du début jusqu’à la fin. Sans être pour autant l’histoire la plus imprévisible qu’il m’ai été de voir, New World présente quelques twists bien construit qui font justement la différence avec ce que j’ai pu voir jusque là. Comme d’habitude, on assiste au tourment qu’éprouve l’agent en couverture. Il a une mission à accomplir. Un agent en couverture n’infiltre pas ce monde seulement pour une semaine. Cela fait, par exemple, 8 ans que notre héros est devenu l’un d’entre eux. 8 longues années où il a dû prétendre, jouer la comédie. C’est à ce moment là que le film commence. La séquence d’ouverture est une scène de torture car l’un d’entre eux est suspecté d’être un mouchard. Notre héros -Ja Sung- assiste à la scène sans ciller. Nous apprenons qu’il est, en réalité, celui qui a donné l’ordre de tuer cet espion (et je vous garantis que c’est pas joli joli!). On est dès le début submergé par la violence si caractéristique de ce monde.
Vivre parmi la mafia pendant 8 ans. 24h/24. 7 jours/7… une question fait surface: comment est ce possible de ne pas développer des sentiments envers ces personnes, de ne pas oublier qui ils sont réellement? Les années passent et cela devient de plus en plus difficile d’envisager l’arrestation de quelqu’un qu’on considère comme un ami (“bro”). Trahir devient une question délicate: “Être en couverture est dangereux. Pas à cause d’eux mais à cause de toi-même. N’oublie pas qui tu es” (Cruel City). Envoyer quelqu’un en couverture, c’est aussi risquer de voir ce dernier tourner sa veste. Ils sont humain “Tu sais être en couverture n’est pas une opération ou une stratégie. Ils sont humains” (Cruel City) et, c’est une réalité que les policiers, dans les films de gangster, semblent oublier facilement. C’est le cas ici. Kang Hyung Chul (Choi Min Shik) n’en à rien à foutre de son agent. C’est juste un pion. Il force d’ailleurs Lee Ja Sung (Lee Jung Jae) à continuer son travail lui disant que ce n’est rien (Hey mec c’est facile à dire! C’est pas toi qui risque ta vie!). A moitié menacé par Détective Kang, Ja Sung n’a  d’autres choix que d’accepter.
Le jeu de Lee Jung Jae est juste parfait. Il n’est pas le héros invincible qui n’a peur de rien. On le voit à de nombreuses reprises inquiet, impuissant et perdu. Une erreur peut lui être fatale à lui et à sa famille. Non seulement il ne doit pas être découvert mais en plus de cela la police, qui ne l’aide pas vraiment (soyons franc entre nous), le menace de révéler son identité à la mafia s’il n’obéit pas. Il est alors entraîné dans ce cercle vicieux, incapable d’y échapper. On assiste à son désarroi, voire désespoir. C’est sans aucun doute le personnage le plus humain du long métrage. >>>>SPOILER La fin n’est que logique quand on voit comment il était traité. “Qu’est ce que je suis pour vous tous? Pourquoi mes propres hommes ne me font pas confiance alors que ces ordures le font?” – SPOILER <<<<. J’adore les films qui me surprennent, qui me permettent de m’identifier et d’analyser chaque personnages et qui éveille en moi pleins d’émotions, autre que l’ennui ^^ (logique, non?). Ce film est un condensé de tout ça. Ce n’est pas LE film de l’année et, oui, il traite d’un sujet qui a été mainte et mainte fois utilisé au cinéma (The Godfather, Infernal Affairs etc…) mais l’esthétisme (comme vous pouvez le voir avec les images que j’ai mis), l’OST, les acteurs… font de ce film un must see!

h


Note de Dushbadou: 8.5/10
Note de Whoovy: 8/10
Note finale: 8.25/10


Advertisements