Tags

, ,

30218-madclown-e3g1

MAD CLOWN

par Alice

Nom réel : Jo Hyeon Jin / 매드 클라운 / 조현진
Nationalité : Américaine
Date de naissance :25/03/1985 (29 ans)
Statut :en activité
Début :2008
Genres :K-Hip-Hop, K-Rap
Labels :Soul Company (2008 – 2011), Starship-X (2013 -)


DES FEATURINGS EN PAGAILLE

Qui est Mad Clown? Pour ceux/celles qui ne le connaissent pas, si je vous dis qu’il est un rappeur américano-coréen, ça ne vous dira pas grand chose. Si vous n’êtes pas un minimum familier avec la musique coréenne -quelque soit le genre- ou le rap en général, vous allez avoir du mal à le cerner. Pour les connaisseurs, vous le connaissez au moins pour ses -nombreux- featurings. C’est comme ça que je l’ai connu, à vrai dire. En allant d’une chanson à une autre, il y avait cette même voix masculine, tantôt chantée, tantôt rappée. Au début je ne me suis pas trop posée de questions. Jusqu’à ce que je remarque que son nom revenait souvent dans les suggestions. Et là, ça a été le déclic. Je me suis mise à faire quelques recherches sur lui et à écouter ce qu’il faisait, seul. Coup de foudre.

Mais restons sur ses nombreuses collaborations pour le moment. Après la dissolution de sa première maison de disque (Soul Compagny) en 2011, Mad Clown a intégré Starship-X, une branche de Starship Entertainment (SISTAR, K.Will…) qui se concentre exclusivement sur le hip hop. La maison de disque sentant la bonne affaire, Mad Clown a eu le droit à des collaborations avec deux membres des SISTAR : SoYu puis HyoRin, et ça a donné des choses magnifiques.

D’abord est sorti un duo avec SoYu, « Stupid In Love », en Septembre 2013 :

Puis suivra « Without You » avec HyoRin (MV), début Avril 2014, qui figurera sur le second album de Mad Clown. Entre temps il participera aussi au premier album de HyoRin en lui signant les paroles de « Stalker » et en posant sa voix sur la chanson.


UN FLOW : UNE MARQUE DE FABRIQUE

Sa voix est assez froide et directive, aux premiers abords. Ses intonations peuvent sembler arrogantes, même si sa voix est plutôt aigüe pour un rappeur. Mais tout n’est qu’apparence. Il a un flow (manière qu’a un rappeur de débiter ses paroles) très agréable à l’oreille. Il débite ses paroles au rythme des mélodies, sans se presser, sans nous lasser. Il a une manière assez similaire de poser ses mots sur les mélodies, que celle que Gary (LeeSsang) a. Ils ont tous les deux l’habitude de manger la dernière syllabe de leurs paroles, ce qui fait qu’on ne l’entend que lorsqu’ils expirent. Ils ont aussi une grande précision dans leur articulation, qui est vraiment très agréable à entendre. Chaque mot est détaché des autres, chaque syllabe a son importance. Le flow de Mad Clown est vraiment très particulier. On ne sait pas toujours s’il chante ou s’il rappe, il est quelques fois entre les deux. Un flow très particulier mais aussi très caractéristique qui fait que, n’importe la chanson où on l’entendra, on saura que c’est lui. Il a une réelle signature vocale, une identité qui a murit à mesure qu’il a travaillé et qui semble avoir abouti, maintenant son nouvel album (« Fierce ») sorti.

On notera aussi l’aisance qu’il a à se produire en live avec, ci-dessous, sa collaboration avec HyoRin réinterprétée en direct:


DU TALENT A EN REVENDRE

Avec ses petites lunettes rondes sur le nez et sa casquette sur la tête, on ne se méfie pas de lui. Et pourtant.
Mad Clown, c’est une voix. C’est un flow. Mais Mad Clown, c’est aussi une plume. Il n’utilise pas de mots trop compliqués pour se donner un genre. Il parle de choses simples, qui arrivent à tout le monde. Il utilise des mots simples et des expressions de tous les jours. Il est simple et c’est cette simplicité qui le rend si talentueux. Il réussi à faire passer des choses, des émotions et à toucher avec de simples mots mis bout à bout. Il a comme souhait que ses chansons viennent en réponses aux interrogations de monsieur et madame tout le monde, et le fait est que ça marche. Un talent instantané qu’il nous a montré lors d’un live où il reprend « Stalker », la chanson qu’il avait écrite pour et qu’il avait chanté avec HyoRin. L’histoire est simple: un couple se sépare. Mad Clown et HyoRin nous livrent leur version de l’histoire. Ils s’en veulent et en veulent à l’autre. Des non-dits en pagaille et des fiertés qui ont fait éclater le couple. La chanson, de base, est magnifique. Le remake ( appelé alors « Stalker flip side story ») que nous en fait ici Mad Clown, avec l’aide de Crucial Star -parfait-, est tout bonnement incroyable. Retournement de situation, il ne reste plus que la version de Mad Clown. Âmes sensibles s’abstenir. Les paroles sont tranchantes, verbalement violentes. Mais le talent reste indéniable. Le tout, en live :

C’est sur cette chanson que je vais terminer. Une review de son dernier album, « Fierce » devrait arriver dans les prochains jours parce qu’il est tout bonnement impossible que je passe à côté et que je ne vous en fasse pas profiter. Je ne ferais que vous conseiller, en attendant l’article, d’aller l’écouter.

Advertisements