Tags

, ,

fullsizephoto321064Pluto (명왕성 )

par Whoovy

/!\ Film déconseillé au moins de 15 ans

Synopsis: “Suneung” est le nom donné à l’examen national d’entrée à l’université en Corée du Sud. L’histoire se déroule autour du meurtre de Yu Jin, élève de terminal promis à un avenir brillant, retrouvé assassiné dans l’enceinte de son lycée. Très rapidement, les soupçons se portent sur June, l’un de ses camarades de classe. Mais on découvre petit à petit un univers où la compétition et cruauté ne font qu’un. La réussite au “Suneung” devient une obsession. Pour obtenir la première place, certains sont prêts à tout, et même au pire…

Fiche technique:
Pays: Corée du Sud
Genre: Drame, thriller
Date de sortie: Octobre 2012
Durée: 1h47
Réalisation: Shin Su Won
Interprétation: Sung Joon, Lee Da Wit, Kim Kkobu, Kim Kwon…

version anglaise


  La réussite à un prix

Pluto_-_Korean_Movie-0003-vertUne amie m’avait conseillé ce film parce qu’elle l’avait adoré. Pluto est un film dur -voire dérangeant- qui, malheureusement, décrit une réalité qui n’est pas forcément acceptée ou reconnue de tous. Ce n’est pas la première fois qu’un tel sujet est traité au cinéma. Mais Pluto se distingue des autres films par la manière dont il aborde ce thème. La réalisatrice, Shin Su Won, nous dépeint avec force un système scolaire à la dérive. On assiste incrédule à des événements qu’on voudrait être faux car ils dépassent toute imagination.
Le ton du film est donné dès les premières minutes  du long métrage. Sur un fond noir des mots apparaissent. Des mots puissants qui résonnent de vérité. En seulement quelques lignes la réalisatrice nous expose toute l’absurdité de ce système scolaire qui veut que les élèves travaillent plus d’heures que leurs parents. Surpris et intrigué par ce qu’on lit sur l’écran, on l’est encore plus par la scène qui suit cette entrée en matière. A l’aide d’un montage alterné la cinéaste nous plonge dans une atmosphère oppressante où une chasse au lapin est mis en parallèle avec le meurtre d’un élève: Yoo Jin (joué par Sung Joon). On peut donc dire que le film commence fort.

Ce meurtre entraîne alors une série de questions dont une principale: Comment, et surtout pourquoi, un lycéen faisant parti du Top 10 des meilleurs élèves est retrouvé mort? On découvre, par l’intermédiaire d’un élève transféré, June, la vie que mène ce groupe d’élite. C’est à ce moment là qu’on se rend réellement compte que tout n’est que compétition. Les élèves sont prêt à tout pour intégrer ce cercle très fermé. Et c’est le cas notamment de notre héros. Désespéré par ses résultats au premier examen (alors qu’il n’avait fait que quelques fautes) il n’hésite pas à demander à en faire partie car il n’a pas les moyens de se payer un précepteur. Mais il doit d’abord faire ses preuves. On le force alors à accomplir des missions toutes plus horrible les unes que les autres. Estomaqué, on assiste petit à petit à sa transformation. Il devient un véritable monstre. On aimerait fermé les yeux pour ne pas voir la suite mais on n’y arrive pas. On est hypnotisé, choqué par cette violence. Les personnages, tous plus tordu les uns que les autres, font preuve d’une cruauté incroyable en particulier pour des adolescents de cet âge. Mais comme le dit très clairement le titre: “La réussite à un prix”.

Le malaise que l’on éprouve en regardant ce film est rendu présent par la manière dont la cinéaste filme ces scènes. Le choix des lieux, de la musique, des couleurs n’est pas laissé au hasard. L’histoire se déroule dans un lycée reculé entouré d’une forêt et d’une carrière où de nombreux tests d’explosifs sont expérimentés. A cela s’ajoute des salles condamnées dans le sous sol du lycée qui apparemment sont d’anciennes salles de torture. On ne peut s’empêcher de frisonner face à ces lieux obscurs plein de mystère. La musique composée par Ryu Jae Ah vient compléter ce tableau pittoresque. Inquiétante et stridente elle épouse parfaitement les images qui nous sont montrées. Les plans dominés par la couleur grise ne font que renforcer cette ambiance. Même le titre est choisi soigneusement. Pluto fait directement référence à la planète Pluton. Comme on peut le voir dans le film, Pluton n’est pas considéré comme une planète car elle est différente des autres composant le système solaire. Sa taille, sa distance par rapport au soleil… font d’elle une “outsider”. Le choix du titre est alors révélateur et traduit très bien le long métrage qui montre qu’il y a une différence entre ces élites et le reste des lycéens.

Les films traitant de ce sujet ont tendance à s’arrêter sur un seul aspect: le harcèlement à l’école. Mais la réalisatrice de Pluto va plus loin et n’hésite pas à dénoncer le système scolaire dans son intégralité. Le suicide, le harcèlement, le chantage, la différence des classes (avec notamment ce que représente l’argent dans l’éducation), l’indifférence des adultes (en particulier du directeur), la solitude de ces étudiants enfermés dans un même lieu… tout est mis en lumière et révélé au public. Le mal être de ces élèves est mis en avant à travers le personnage de June et Yoo Jin. Le meurtre de ce dernier créé un déclic chez notre héros qui prend conscience de ce qu’il est devenu. La scène finale est bouleversante et explosif! Si ce long métrage est aussi réussi c’est grâce notamment à la performance des acteurs. Je savais déjà que Sung Joon était talentueux et il n a fait que confirmer ce que je pensais déjà de lui. Quant à Lee Da Wit c’était la première fois que je le voyais mais j’ai été plus que convaincu par son interprétation.

Finalement ce film se fait porte parole d’une réalité qui est souvent inarticulée ou oubliée. J’avais déjà entendu parlé de cette pression constante exercé au sein du système éducative coréen mais la voir mise en image la rendue plus concrète à mon esprit. En fin de compte, même si je n’en fais pas une généralité, ce long métrage m’a permis d’avoir un point de vue plus critique sur une société qui est souvent idéalisée.

Pluto_-_Korean_Movie-0007-horzNb: La réalisatrice s’est servie de son expérience personnelle pour réaliser ce film. En effet, avant d’être dans le monde du cinéma, elle était professeur de collège. Son film, Pluto, attira beaucoup l’attention et fut présent à de nombreux festivals.

“나이제열아홉인데, 왜그렇게살아야돼?”

(“J’ai seulement 19 ans, pourquoi…pourquoi dois je vivre ainsi?”)


Note de Whoovy: 8/10


Nb: Il existe une version sous titrée anglais de cette bande annonce mais elle est non officielle (ici). J’ai donc préféré mettre la bande annonce officielle mais elle est seulement sous titrée coréen. C’est donc à vous de voir laquelle vous voulez voir ^^.

Advertisements