Tags

, , ,

Dangerous-Liaisons-2012-Movie-PosterDangerous Liaisons (危險關係)

par Whoovy

Nb: adaptation du roman épistolaire de Choderlos de Laclos Les Liaisons dangereuses

Synopsis: Alors que la guerre menace à Shanghai, la séduisante libertine Mo Jieyu tombe sur un de ces ancien amant Xie Yifan, coureur de jupon qui n’a jamais cessé de l’aimer. Elle le persuade de jouer à un jeu périlleux: il devra séduire l’innocente et naïve Du Fenyu puis la quitter. Le jeu s’avère de plus en plus dangereux à mesure que Xie tombe amoureux de Du.

Fiche technique:

Pays: Chine, Corée
Genre: Drame
Sortie: 2012
Durée: 1h50
Réalisateur: Hur Jin Ho
Interprétation: Jang Dong Gun, Zhang Ziyi, Cecilia Cheung…

version anglaise


Dangerous Liaisons fut présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2012. Cette nouvelle adaptation du roman de Choderlos de Laclos ne fit malheureusement pas l’unanimité. En apparence, le long métrage paraît très artificiel, quoique alléchant: un casting de haut vol (Jang Dong Gun, Cecilia Cheung, Zhang Ziyi), une histoire (mélo) dramatique où séduction et peine de cœur sont au rendez vous… le tout saupoudré par une réalisation soignée et une mise en scène luxuriante. Certains détestent, certains adhèrent. J’aurais tendance à rejoindre le deuxième camps.

95078_gal-horz
Le roman épistolaire de Laclos fut adapté, à de nombreuse reprise, au cinéma. Je n’ai personnellement vu que deux adaptations de ce livre: celle de Stephen Frears (Les Liaisons dangereuses 1988) et celle de Roger Kumble (Cruel Intentions 1999). Je ne me suis donc pas posée beaucoup de questions quand j’ai vu qu’un réalisateur coréen – Hur Jin Ho – se lançait lui aussi dans l’aventure. Le pari était, pourtant, risqué! Faire une nouvelle version, d’une histoire qui a déjà été revisité de nombreuses fois, n’est pas forcément facile. D’autant plus qu’il n’est pas le premier réalisateur asiatique à s’intéresser de près à ce monument français (le film de la sud coréenne Lee Jae Young, Untold Scandal, est sorti en 2003). Pari donc difficile mais pas insurmontable comme le prouve le cinéaste, Hur Jin Ho.

95082_gal-horzBien sûr qui dit adaptation dit fidélité et originalité. Dans cette variante, l’intrigue se déroule dans les années 30 à Shanghai, ville séduisante et tumultueuse aussi appelée le “Paris de l’Est”. On plonge, avec émerveillement, dans ce monde élégant, luxueux. Le cadre se prête parfaitement à l’histoire sans pour autant lui porter préjudice. Le réalisateur choisit un contexte social et politique -montée de l’impérialisme japonais- certes anecdotique en ce qui concerne le déroulement des événements mais qui reste tout de même original. C’est par des petits éléments comme celui ci qu’il arrive à se détacher des adaptations précédentes ou même de l’œuvre romanesque.  Il apporte une petite touche personnelle à ce classique de la littérature française. Mais c’est surtout par son art, par sa manière de filmer qu’il se distingue réellement. Dangerous Liaisons est un film agréable esthétiquement parlant. Tout est extrêmement soigné, voire lisse.  On retrouve notamment ce style dans de nombreux films chinois, hongkongais et autres… Et c’est ça qui est intéressant car le réalisateur porte,  sur une œuvre française, un regard exotique, tout en gardant les grandes lignes de l’intrigue. Les décors, les jeux de lumières artificiels pour donner telle ou telle ambiance…font de cette adaptation quelque chose d’unique et de captivant à mes yeux tandis que d’autres jugeront cet effet de style comme quelque chose d’inapproprié, voire superficiel. Pour ma part, cela m’a permi de m’immerger encore plus facilement dans l’histoire. Le décalage, entre cette réalisation très belle et les actions des personnages, rendent le long métrage plus attrayant encore. On assiste à l’effondrement de ce monde d’apparence, de ce monde aristocratique où tout n’est que jeu. Si Choderlos de Laclos nous le montrait avec son écriture, Hur Jin Ho nous le montre avec sa caméra. C’est ça tout le pouvoir du cinéma.
Pour ce qui est du casting je n’ai rien à redire. Zhang Ziyi a toujours été, et le sera toujours, une actrice que j’affectionne. Cecilia Cheung et Jang Dong Gun (avec une moustache!) sont plus que convaincant dans leur rôle.

95077_galBeaucoup on trouvé cette version fade et plate car ils n’ont eu de cesse de la comparer avec les adaptations précédentes et plus particulièrement celle de Stephen Frears (la “version supérieure” comme certains se plaisent à la nommer). Je pense qu’il est nécessaire de faire abstraction des autres adaptations afin d’apprécier celle ci. Il faut accepter le fait que chacun est sa propre vision des choses et ne pas juger par la “couverture du livre”. Certains seront charmer tandis que d’autres le seront moins. Pour ma part j’ai beaucoup aimé cette version et je ne peux que vous la conseiller.


Note de Whoovy: 8.5/10
Note de Dushbadou: 9.5/10
Note finale: 9/10

Advertisements