KakaoTalk_20160207_005446549.jpg

Love in Forlorn City (伤城之恋)
Original: Dushbadou
Traduit par: Whoovy

Synopsis: Une pauvre jolie fille et obstinée et le fils d’une riche famille tombe amoureux l’un de l’autre. Leur amour peut il surmonter les hauts et les bas du destin, la pauvreté, la maladie, la mort et le mensonge?

Informations :
Pays: Chine
Épisodes: 20 épisodes
Genre: Romance
Diffusion: 2008
Chaîne: Dragon TV
Durée: 45 min
Interprétation: Wallace Huo, Qin Lan, Bian Xiao Xiao, Qian Yong Chen etc….

version anglaise


ABANDON: 9/20

[Drama regardé dans le cadre du challenge 1 month=1rule 2016 proposé par le blog Books & Dramas > Thème du mois de février: regardé un drama avec le mot “love” dans le titre]

J’ai fini par abandonner Love in Folorn City après avoir visionné 9 épisodes. Non pas parce qu’il était vachement nul-quoique j’ai quand même pas mal de chose à dire à ce sujet – mais plutôt pour son manque d’intérêt profond. Malgré tout les twists inventés par les scénaristes, Love in Folorn City est un drama qui tombe facilement dans la catégorie “gros clichés”. Dramaland prouve encore une fois à quel point les scénaristes aiment recycler les mêmes idées. L’héroïne (Qin Lan) est le portrait typique de la fille pauvre et ordinaire qui doit travailler dur -parfois jusqu’à évanouissement- pour payer les frais d’hospitalisation de sa mère (parce que oui il fallait qu’elle ait en plus un membre de sa famille qui soit malade sinon ça n’aurait pas été drôle) tandis qu’elle se fait insulter et virer de son travail pour des raisons injustes. Pour faire court: sa vie n’aurait pas pu être plus misérable. Quant au héro (Wallace Huo) ce n’est pas mieux puisqu’on a encore le droit à un mec super riche et froid ne sachant pas la vraie valeur de l’argent.
KakaoTalk_20160207_005424664-tileIls finissent éventuellement par être tout les deux mêlé à une histoire de dette et de remboursement. C’est d’ailleurs sûrement la partie la plus drôle du drama car évidemment Zhou Yu Qing (notre héroine) refuse l’argent de Yan Ah Fei ce qui donne des scènes du genre “reprend ton argent”, “non je ne veux pas”, “mais reprend le, bon sang! je vais te faire chier jusqu’à que tu le fasses de toute manière”, “garde ton putain d’argent! ne comprends tu pas? c’est le seul moyen que les scénaristes aient trouvé pour nous faire tomber amoureux”. Les deux premiers épisodes n’étaient littéralement qu’à propos de ça. Et les suivants, sensés challenger nos deux héros, étaient tout aussi incohérents. Je me suis rendue compte, par exemple, qu’ils étaient en couple la seconde où ils se sont séparés. En une nuit, prétextant la confession de Yan Ah Fei, ils étaient ensemble -mais genre vraiment ensemble! avec carrément la rencontre des beaux parents et tout et tout! Après je suis pas une experte, mais présenter sa petite amie à sa mère au premier rendez vous c’est peut être pas la meilleure idée au monde. Et cette idée de nous faire croire qu’ils se connaissaient par cœur alors qu’ils avaient passé si peu de temps ensemble c’était juste pas crédible. J’avais littéralement l’impression d’avoir loupé 5 épisodes entre temps. Mais le meilleur restait quand même leur rupture. Un obstacle (parce que bien sûr il fallait que la belle mère soit une vieille sorcière) et *pouf*  ça y est ils cassaient. Montre en main, ça faisait à peine 5 minutes qu’ils étaient ensemble pourtant…. avec une telle précipitation comment vouliez vous que je crois en leur histoire d’amour?!
ds-tile.jpgLe deuxième point qui m’a bien fait marrer c’est à quel point la Chine paraissait petite dans ce drama. Après avoir littéralement anéanti leur romance en ajoutant deux trois twists supplémentaires, qui soit dit en passant étaient encore plus drôles que les précédents, le scénariste a fait le choix de rendre son histoire encore moins crédible en réutilisant le bon vieux tour du “oh quel coïncidence, on se rencontre encore! oulala”. Il n’ y avait pas un épisode où Yan Ah Fei et Zhou Yu Qing ne se croisaient pas par hasard. Si ça c’est pas forcer la main du destin je me demande bien ce que c’est. Je pourrais continuer comme ça pendant des heures (et encore je n’ai vu que 9 épisodes. Vous imaginez si j’avais vu le drama jusqu’au bout!) mais pour faire court Love in Forlon City est l’un des dramas les plus brouillons qu’il m’ait été donné de voir. Aucun mystère n’était maintenu sur les personnages -les rendant inintéressants au possible, l’intrigue était trop dramatique et la fin était facilement devinable. Je ne peux pas dire que j’ai complètement gâché mon temps malgré tout (surprenant n’est ce pas?). J’ai trouvé ça drôle au départ de voir les scénaristes se dépatouiller et échouer lamentablement à rendre leur histoire un tant soit peu plus excitante. Et puis ce drama m’a quand même fait découvrir une superbe chanson: “There is a love called letting go”. Tout n’était donc pas à jeté. Qui sait peut être qu’un jour je lui donnerais même une seconde chance!

(vidéo contient des spoilers)

“There is a love called letting go”: désolé Wallace mais dans ce cas ci c’est vrai


Note de Dushbadou: ABANDON

Advertisements